segunda-feira, 23 de abril de 2018

[OBRAS DE MANUEL BANET] EXTRAITS DE «MAIS...»*


* Volume inédit de poésies (1983-84) en langue française

------------------

MAIS ...

Y aurait-il ...
                      des paroles sans voix
                      des idées sans chemin
                      des voitures sans routes
                      des visages sans mains
                      des oiseaux sans plumage
                      des maîtres sans chevaux
                      des paquebots sans équipage
                      des ombres sans teint
                      des traîtres sans servage
                      des semences sans fruits
                      des sentiers sans villages
                      des hommes sans cerveau
                      des maîtresses sans corsages
                      des soupes sans pain
                      des bergers sans troupeaux
                      des fenêtres sans nuages
                      des portes sans maisons
                      des prairies sans corbeaux
                      des yeux sans mirages
                      des festins sans passions
                      des glaces sans couteaux
                      des pays sans esclavage
                      des empires sans nations
                      des couleurs sans drapeaux
                      des domaines sans partages
                      des vignes sans tonneaux

                             


MON PAYS (CHANSON)

Dans mon pays,
                          il y a des gens
Au visage serein
Qui vous prennent par la main
Avant que l’on sombre dans l’ennui …

Dans mon pays,
                           il y a des maisons
 Qui n’ont ni poutres ni chevron
Mais où l’on trouve du pain
Et une place à deux pour la nuit …

Dans mon pays,
                          il y a des trains
      Gonflés de larmes et d’illusions
      Sans doute il y aura des déceptions
      Car le bonheur est un train qui fuit …

      Dans mon pays,
                                il y a des bateaux
      Avec en proue des mots d’amour
      De femme, d’espoir sans défaut
      Mais qui ne reviennent pas toujours …

      Dans mon pays,    
                                 il y a une terre
      Pauvre – du granit et de la chaux –
      Mais c’est le mien, c’est bien mon lot
      Et je veux que l’on m’y enterre …



SAVOIR VIVRE

Pour que revienne le sourire
Au plafond de nos espoirs
Il suffit de nous dire :
« Ni du tout bleu, ni du tout noir … »

Comme le ciel pince-sans-rire
Tout à coup se met à pleuvoir
De rien te sert de le maudire
Vaut mieux s’en abreuvoir …

Que ton cœur en vain soupire
Ou qu’il s’ébatte sans savoir
D’où vient ce mal qui le déchire
Tu sais qu’il bat, c’est son devoir …


LASSE FONTAINE

Lasse fontaine des cris et des rires
Tu t’endors comme un chat
Aux creux de la vague …

La vérité est que les soupirs
S’évadent au grand dam
Des gens dont le front se plie …

N’importe. Tu es dans mon palais
Aussi fraîche que de la menthe
Assez robuste pour nourrir un bouc
Assez prude pour ne pas en avoir l’air
Mais on te croit fondue des neiges
Alors que, vraiment, nul ne sait d’où tu viens


PARI(S) POUR L’ESPRIT

Si l’anse paisible,
              corps doux,
S’élance
              impassible,
            du corps …
                           … sait, ô corps-
                                                   -sage
(sein doux sain) :

« Vie Sage »,
-          message où se lit …
…d’ouvrage en orage :
« L’âge se vit »


PENSÉES SAUVAGES

N.1 : L’amour est un problème de temps

N.2 : Tu m’as tout entier tapi dans ton trou

N.3 : Ru o muh’l

N.4: Impôt-cible

N.5: Lis tes ratures