quinta-feira, 23 de junho de 2016

S. GAINSBOURG / F. HARDY

LA CHANSON FRANÇAISE - ANNÉES 60, 70, 80
Trois chansons de Serge Gainsbourg écrites pour - et interprétées par- Françoise Hardy




Aucun Boeing sur mon transit 

Aucun bateau sur mon transat

Je cherche en vain la porte exacte

Je cherche en vain le mot exit


Je chante pour les transistors

Le récit de l'étrange histoire

De mes anamours transitoires

De Belle au Bois Dormant qui dort


Je t'aime et je crains

De m'égarer

Et je sème des grains

De pavot sur les pavés

De l'anamour


Tu sais ces photos de l'Asie

Que j'ai prises à deuxcent Asa

Maintenant que tu n'es pas là 

Leurs couleurs vives ont terni


J'ai cru entendre les hélices

D'un quadrimoteur mais hélas

C'est un ventilateur qui passe

Au ciel du poste de police


Je t'aime et je crains

De m'égarer

Et je sème des grains

De pavot sur les pavés

De l'anamour


Je t'aime et je crains

De m'égarer

Et je sème des grains

De pavot sur les pavés

De l'anamour






Mieux vaut n'penser à rien

que n'pas penser du tout

rien c'est déjà, rien c'est déjà beaucoup

on se souvient de rien et puisqu'on oublie tout

rien c'est bien mieux, rien c'est bien mieux que tout


mieux vaut n'penser à rien

que de penser à vous

ça n'me vaut rien, ça n'me vaut rien du tout

mais comme si de rien n'était je pense à tous

ces petits riens qui me venaient de vous


si c'était trois fois rien, 

trois fois rien entre nous

évidemment ça ne fait pas beaucoup

ce sont ces petits riens que j'ai mis bout à bout

ces petits riens qui me venaient de vous, de vous


mieux vaut pleurer de rien

que de rire de tout

pleurer pour un rien, c'est déjà beaucoup

mais vous, vous n'avez rien dans le coeur, et j'avoue

je vous envie, je vous en veux beaucoup


ce sont ces petits riens qui me venaient de vous

les voulez-vous, tenez, que voulez-vous

moi je ne veux pour rien au monde, plus rien de vous

pour être à vous, faut être à moitié fou